• Facebook
  • YouTube
  • Noir Icône Instagram

Pourquoi nous sommes 
toutes et tous concerné.e.s

Urgence climatique : quel projet de société ?

Artificialisation des sols 

et menace sur la biodiversité
 

Le dérèglement climatique affecte déjà nos vies, en France comme dans les pays du Sud. Au niveau mondial, le nombre de déplacé.e.s climatiques ne cesse d’augmenter, et risque d’atteindre 143 millions de personnes d’ici 2050 dans les trois régions les plus vulnérables de la planète.

En France, sécheresses, inondations, tempêtes, canicules sont de plus en plus dévastatrices. L’Etat estime que 62 % de la population française est fortement exposée à des risques climatiques.

En février 2021, les juges ont donné raison à l’Affaire du Siècle et l’Etat a été condamné pour inaction climatique. L’Etat a été condamné à réparer le préjudice écologique causé par son inaction climatique d’ici au 31 décembre 2022. 
En savoir plus

 

Désormais, l’Etat n’a plus le choix ! Il est pris dans un double étau juridique et va devoir à la fois respecter sa trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre et réparer tout manquement à ses engagements. 

Cette décision de justice est une jurisprudence essentielle pour l’avenir ! A partir de maintenant, les gouvernements vont devoir prouver, au tribunal, l’efficacité de leurs politiques vis-à-vis du climat.

Voir : l'affaire du siècle

Objectif "zéro artificialisation nette"

Un million d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées d'extinction selon le dernier rapport de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques.

 

Un « déclin sans précédent » auquel participe largement l’artificialisation des terres : étalement urbain et constructions diffuses détruisent les habitats naturels et les continuités écologiques nécessaires à la faune sauvage pour circuler. Il devient donc urgent de freiner l’artificialisation des terres et d’en renaturer certaines lorsque c’est possible.

C’est l’ambition portée par l’objectif « zéro artificialisation nette » (ZAN) inscrit au plan biodiversité présenté par le gouvernement à l’été 2018. Un objectif jugé atteignable, à condition notamment de modifier les règles d’urbanisme et de densifier l’habitat.

Voir à ce propos le site France Stratégie

83E74C21-F355-4F28-8466-90FF501430C6_1_105_c.jpeg
63AB2236-4BE6-44AD-9011-E13735A87A26_1_105_c.jpeg
D9F287CF-6896-430E-8E6F-25B6A16FB550_1_105_c_edited_edited_edited.jpg
DSC_2698a.JPG

Choix politiques et budgétaires

 

Les décideurs politiques d'aujourd'hui engagent notre avenir de manière cruciale. 

Nous ne pouvons plus accepter que des sommes considérables soient dépensées pour des projets inutiles et écocides. 

Pour exemple, la Communauté d'Agglomération Castres-Mazamet a voté en juin 2021 la somme de 20 millions d'euros pour l'autoroute; en décembre 2021, l'ensemble des participations financières des collectivités ont été revues à la baisse, sans qu'aucune explication ne soit donnée en dehors du fait que le concessionnaire désigné réalise des innovations technologiques "miraculeuses".

L'absence de transparence dans ce dossier est manifeste et inacceptable.

 

Pourquoi la plupart de nos élu.e.s s'obtinent dans la réalisation de cette infrastructure ? La question se pose et nous vous invitons à la poser à vos maires, conseillers municipaux, conseillers départementaux et conseillers régionaux.

Ils et elles défendent l'idée de la création d'emplois. Mais pourquoi ne pas imaginer d'autres développements économiques, en soutenant par exemple les ressources renouvelables, les mobilités alternatives, l'économie sociale et solidaire ? 

Les activités économiques ne doivent plus aujourd'hui s'appuyer sur la réalisation d'infrastructures écocides. Une autre logique doit être mise en oeuvre, avec comme priorité absolue le respect des engagements pris par le législateur de progressivement atteindre zéro artificialisation des sols.

Un questionnaire a été adressé aux décideurs à plusieurs reprises, qui demande des précisions concernant le développement du territoire attendu avec l'arrivée de l'autoroute. Aucun responsable convaincu par l'autoroute n'a daigné apporter de réponses...

Voir le questionnaire